Pourquoi cette consultation ?

La consultation expliquée en quelques mots

Cette grande consultation initiée par les pouvoirs publics s’inscrit dans une démarche de simplification des procédures administratives, des règles et de l’organisation des différentes institutions impliquées dans le domaine du handicap.

Cette consultation est organisée en suivant le parcours de vie des personnes en situation de handicap, en partant des besoins de ces personnes, et en les interrogeant directement.

Elle doit vous donner l’occasion de partager avec nous les obstacles et les difficultés que vous avez rencontrés dans les différentes étapes de votre vie, qui ont pu créer des ruptures de droits à votre détriment.

La consultation a débuté le 5 février et se terminera le 9 mars 2018.

Transcription en FALC (Facile à Lire et à Comprendre)

Grande enquête sur le Handicap et l'Egalité

L’égalité c’est donner les même droits et les mêmes chances pour tout le monde.

L’Etat veut simplifier ses relations avec les personnes handicapées.

Pour cela l’Etat fait une enquête et vous pose des questions.

L’état veut savoir si vous avez des problèmes avec son administration.

L’Etat veut savoir aussi si vous avez des besoins. 

Cela s’appelle une consultation.

Cette consultation sert à mieux connaître les difficultés que vous avez pu rencontrer pendant toute votre vie.

Cette enquête est faite pour les personnes handicapées.

L’Etat veut savoir si votre handicap vous à empêcher de demander des aides financières par exemple.

La Prestation Compensatoire du Handicap (PCH), c'est par exemple une aide financière pour les personnes handicapées.

Notre consultation durera un peu plus d’1 mois : du lundi 05 février au vendredi 09 mars.

Pendant ce temps-là vous pourrez nous aider en répondant aux questions.

© Logo européen Facile à lire: Inclusion Europe.

© Logo européen Facile à lire: Inclusion Europe.
Plus d’informations sur le site easy-to-read.eu

Ces textes Facile à Lire et à Comprendre (FALC) ont été réalisées par Com’access en collaboration avec Agnès Chaudey et Céline Csatho de l’ESAT APAJH-Yvelines.

En savoir plus sur la Mission égalité handicap

Le Premier ministre M. Edouard Philippe a confié à M. Adrien Taquet, député, et M. Jean-François Serres, membre du Conseil économique, social et environnemental, une mission sur le handicap, priorité du quinquennat. Ils sont chargés de proposer à Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics et Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées, des mesures de simplification administrative au bénéfice des personnes en situation de handicap et de leurs proches.

En effet, si des efforts ont déjà été réalisés en ce sens, leurs parcours administratifs demeurent particulièrement difficiles. 35% des personnes handicapées jugent les démarches administratives assez voire très complexes (Baromètre de la complexité, SGMAP/BVA, décembre 2016).

L’objectif de cette mission, qui se nourrira de l’expression des expériences, des attentes et de l’expertise des personnes en situation de handicap et de leurs aidants, est d’aboutir à des solutions co-construites vouées à simplifier :

  • les formalités administratives en matière d’accès aux droits et à un accompagnement adapté ;
  • les complexités normatives ;
  • l’accompagnement des personnes, notamment les modalités selon lesquelles les nombreux intervenants se coordonnent dans les territoires.

Cette mission, annoncée lors du Comité Interministériel du Handicap qui s’est tenu le 20 septembre 2017, s’inscrit pleinement dans l’esprit de la politique de transformation de l’action publique portée par le Gouvernement. En effet, la simplification dans le champ du handicap est un enjeu :

  • de confiance et de transparence entre l’administration et les concitoyens ;
  • d’égalité réelle ;
  • pour la réussite d’une société de confiance.

 Pour mener à bien ces travaux la mission a souhaité adopter une démarche résolument centrée sur les besoins des personnes handicapées et de leurs aidants. Les constats et préconisations reposeront directement sur la parole et l’expertise de ces derniers. Pour ce faire, les travaux s’appuient sur différentes méthodes mobilisant l’innovation sociales (la présente consultation, des entretiens individuels, l’immersion, etc.) afin de capter les besoins des usagers. Les autres partie-prenantes (associations de famille, administrations, collectivités locales…) sont également consultées par d’autres moyens (auditions, contributions écrites).

À l’issu de ses travaux la mission émettra des propositions opérationnelles d’amélioration des parcours administratifs et identifiera les conditions de mobilisation effective des dispositifs publics applicables aux personnes en situation de handicap. Elle rendra ses conclusions en avril 2018 afin de nourrir et compléter la préparation la conférence nationale du handicap qui sera réunie sous l’égide du Président de la République.

 

Adrien Taquet, Député des Hauts-de-Seine

Né en 1977, diplômé de l’IEP (Insitut d'Etudes Politiques) de Paris, de l’Université Paris Nanterre (Maîtrise de Droit international public) et de l’École doctorale de Sciences-Po [DEA (Diplôme d'études approfondies) en Sociologie politique]. Après avoir occupé plusieurs fonctions de direction au sein du groupe Havas, il fonde en 2013 l’agence de publicité Jésus et Gabriel. Il est élu le 18 juin 2017 Député de la 2e circonscription des Hauts-de-Seine. Il siège à la Commission des affaires sociales, ainsi qu’au Comité de pilotage du 4e Plan Autisme. Il est également membre de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.

Jean-François Serres, membre du CESE (Conseil économique, social et environnemental) et référent national du Mouvement Monalisa

59 ans, engagé dans le secteur associatif et l’action sociale. Après 8 ans au sein d’Emmaüs Habitat (1995-2003), il devient Délégué général des Petits Frères des Pauvres jusqu’en juin 2016. Il est à l’origine de Monalisa, la « mobilisation nationale contre l’isolement social des personnes âgées ». Il est Vice-président du Mouvement Associatif et y représente l’UNIOPSS (Union Nationale Interfédérale des Œuvres et Organismes Privés Sanitaires et Sociaux). Au CESE (Conseil Économique, Social et Environnemental), il siège à la section des affaires sociales et de la santé ainsi qu’à la Délégation à la prospective et à l’évaluation des politiques publiques.

Retour en haut