La prise en charge et l'accès aux soins

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour accéder ou faire accéder (ou maintenir) un proche dans un établissement médico-social ?

Faites-nous part des freins et difficultés que vous avez rencontrés pour :

  • trouver des informations fiables ?
  • trouver le bon interlocuteur ?
  • effectuer vos démarches administratives ?
  • bénéficier de vos droits ?
  • changer de situation ?
  • engager un recours si vous n’aviez pas pu bénéficier de vos droits ?
  • tous autres éléments du parcours administratif (vos remarques et suggestions sont les bienvenues)

  • acces impossible à toute structure médico sociale ou médicale

    frimousse - 20 Février 2018 - 19h47

    il n'existe à ce jour aucune structure pouvant m'accueillir : je suis hypersensible chimique et aucune structure n'existe offrant un environnement dénué de polluants dont parfums, déodorants, nourriture bio et sans gluten ni lait de vache, même les hopitaux ou autres consultation médicales ne répondent pas à ces critères.

    Que faire ?

  • construire un parcours de vie cohérent et fluide

    mlm - 20 Février 2018 - 18h13

    Bonjour

    Après des années de galère , ballotés entre circuits administratifs incompréhensibles et manque criant de solutions adaptées à notre fils, il a enfin trouvé en IME puis foyer de vie des années heureuses. Hélas la vie n'est pas faite de continuité et des périodes de progrès ou de trouble remettent en question les solutions trouvées sans que se dégagent des évidences: quel degré d'autonomie est-il possible? comment gérer des crises nécessitant médicalisation sans recours excessif à l'hôpital? Les notifications MDPH (même si des assouplissements sont annoncés) restent cloisonnantes alors qu'on parle de construire un parcours de vie où les aller et retour sont possibles. Pourquoi ne pas autoriser ESAT/Accueil de jour pour tester la possibilité d'accéder au travail quand la stabilité ou qu'un ESAT conçu exprès le permet? Pourquoi ne pas expérimenter l'aller-retour entre structure médicalisée/non médicalisée pour consolider un état qui peut évoluer. Aujourd'hui la construction du parcours de vie pour les personnes en situation évolutive ou intermédiaire passe par des notifications successives qui hachent les parcours et engorgent les services d'orientation des MDPH.
    Faire confiance aux équipes qui construisent au fil des jours les parcours des personnes handicapées et simplifier les notifications en offrant un panel de solutions qui pourrait être ensuite stabilisé après quelques mois ou années

  • AUCUNE PLACE en FOYER de vie avant des années

    ericdecoco - 20 Février 2018 - 18h01

    Juste pour INSISTER sur le fait qu'il faut des années voir des dizaines d'années pour avoir une place permanente en foyer de vie, il parait que c'est le pays des droits de l'homme et de l'égalité chez nous en FRANCE !!! Quelle vaste plaisanterie et quelle honte...Notre fils autiste n'aura pas de place avant des années en France (quand il y aura des décès en général, il manque plus de 160 centres en France pour accueillir 50 handicapés chacun et presque autant d'emploi à chaque fois). Notre fils est actuellement en Belgique mais ne pourra bientôt plus y aller comme en France on veut supprimer tout cela...Comment allons nous faire nous qui travaillons tous les 2 depuis presque 30 ans ??? Arrêter de bosser, devenir des assistés ou tous se suicider voir nous en prendre au système ??? Arrêter de payer ses charges, voler, agresser ? Ou alors venir déposer nos enfants en Mairie, préfecture ou à l'Elysée et voir comment vont se débrouiller les responsables face à un tel poids et à une telle responsabilité. Que faire ??? Venir tous camper devant les institutions ? De toute manière notre fils à bientôt 22 ans et à 25 ans, il ne pourra plus aller en Belgique. 8000 handicapés sont dans ce cas, des centaines de milliers de proches familiaux sont concernés....Est ce que les dirigeants, les riches et les patrons ne pensent qu'à leurs petites personnes ??? Quand on voit les exemples malhonnête et pervers dont font preuve certains soit disant grands Monsieur. Faudra t-il que tout dégénère et faudra t-il des actes violents pour qu'ils comprennent qu'on vit tous sur le même cailloux et qu'en laissant faire et en laissant les gens dans le désarroi, le retour de bâton se fera tôt ou tard ??? Voilà, parlez, écrivez, échangez, agissez tous, il n'est plus possible de vivre dans une société on l'on est si froid et sans pitié vis à vis de nos plus faibles frères et sœurs. Il n'est plus possible de laisser chacun dans la misère et les problèmes. Nous devons nous reprendre et réagir pour faire vivre l'humanité.

  • Etablissements médico-sociaux

    Annick Vallet - 20 Février 2018 - 16h14

    - Concernant la prise en charge en MAS, le nombre de place en externat est extrêmement réduit en région parisienne ce qui conduit à choisir par défaut et pas par souhait un établissement qui correspond aux souhaits de la famille, ma fille doit donc passer de nombreuses heures sur la route pour rejoindre l'établissement qui l'accueille. L'IME dans lequel elle était a eu la "gentillesse" de nous laisser le temps de trouver l'établissement qui correspondait le mieux à nos attentes (3ans) mais je ne suis pas certainement que cela soit le cas dans tous les établissements qui accueillent des enfants.

  • Pas concerné pour l'instant.

    Marie-francoise Carpentier - 20 Février 2018 - 15h53

    Mon fils a fait une demande de SAVS pour l'aider dans ses demarches pour me succéder a l'avenir.

  • Manque hallucinant de places en IME

    Lubcha - 20 Février 2018 - 07h59

    Ma fille trisomique à 9 ans et est toujours a la maison par manque de place...les rares instituts existants proches sont pleins et les un peu plus eloignes refusent car soit disant trop loin ! De plus on m'a averti que lorsqu'une place se libererait ma fille devra y aller à plein temps ( et tant pis si c'est trop épuisant pour elle !!) Car la sécu rembourse les instituts en forfait journalier...!! Donc pour du fric on epuise les enfants et pour une histoire de fric il y a un manque de place ( puisque s il y avait 2 mi-temps 2 enfants pourraient beneficier d une prise en charge adaptée ) ! On se fout des enfants, seul l'argent est considéré. Peut-être que si nos enfants étaient des pandas on s'interresserait à leur vie ?

  • Problème d'accès et de remboursements

    Gwen29 - 20 Février 2018 - 01h31

    Je ne trouve aucun centre de rééducation qui accepte de m'accueillir de nouveau malgré la sollicitation de mon médecin traitant et la nécessité pour moi d'y aller. Ils utilisent le prétexte de la distance géographique pour refuser mais alors.. si on habites loin de tout centre de rééducation, on ne peut avoir le droit à une rééducation qui est pourtant nécessaire ? Ensuite, concernant les remboursements. Mon ancien centre n'étant pas partenaire avec ma mutuelle et ne pouvant décemment pas avancer les frais de 300 euros par mois, je me suis retrouvée avec une dette de presque 1000 euros à payer. c'est inadmissible de devoir avancer un centime dans le cadre d'une hospitalisation dans un établissement médico social et les "partenariats avec certaines mutuelles" ne devraient pas etre autorisées je pense dans ce cadre là, chaque établissement devrait permettre à ses patients de ne pas avoir à avancer d'argent, comme pour un hôpital public.

  • Milieu ordinaire versus médico-social

    Frank - 19 Février 2018 - 20h57

    Dans une société inclusive, la vie devrait être par défaut à domicile et pas en établissement !!! Même dans votre rubrique, vous parlez de prise en charge et don c d établissement alors qu une prise en charge à domicile ça existe et ça rendrait tout le monde plus heureux et la vie plus simple. Mais à cause des financements, les auxiliaires de vie sont mal payées alors qu une place en établissement coûte 3 fois plus cher ... on marche sur la tête!

  • prise en charge

    toune - 19 Février 2018 - 18h51

    manque de structure. pas assez non plus d'ESAT pour les personnes qui pourraient avoir une activité professionnelle. de plus pour les personnes capables de travailler mais fatigables il est possible au niveau de la réglementation de faire des demies journées mais cela ne se fait pas.. quant les CAT on été crée l'idée était que la personne se sente reconnue par son travail . aujourd'hui seule la rentabilité compte et c'est bien navrant..... Il faut absolument créer des places dans tous les types de structures.

  • HAD et SAMSAH / HAD et SAAD

    HANDEO - 19 Février 2018 - 15h24

    Bonjour,

    Un courriel de la DGOS à l’ARS océan Indien (7 septembre 2016) et certaines ARS soutiennent qu'il n'est pas possible d'avoir un double accompagnement SAMSAH/HAD. Cette position n’est pas tenue par toutes les ARS. En outre, ce type de réponse ne devrait-elle pas différencier les SAMSAH dits « accompagnement » de ceux dits « coordination » ?
    Par ailleurs, le département de l’Ain indique dans son schéma départemental handicap 2015-2020 vouloir « conduire une réflexion sur la levée de la non-possibilité de cumul de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et de l’Hospitalisation à Domicile (HAD) ». Cette réflexion laisse également entendre une incompatibilité, pour certains départements, de pouvoir recourir conjointement à la HAD et à l’aide humaine. Pourtant la circulaire «N°DGOS/R4/DGCS/2013/107 du 18 mars 2013 relative à l’intervention des établissements d’hospitalisation à domicile dans les établissements d’hébergement à caractère social ou médico-social » précise que l’intervention de l’HAD ne devrait pas avoir d’incidence sur les conditions de versement d’allocation en ESMS.

    contact@handeo.fr

Retour en haut