L'éducation et la formation

Avez-vous rencontré des difficultés pour scolariser votre enfant (de la maternelle au lycée) ?

Faites-nous part des freins et difficultés que vous avez rencontrés pour :

  • trouver des informations fiables ?
  • trouver le bon interlocuteur ?
  • effectuer vos démarches administratives ?
  • bénéficier de vos droits ?
  • changer de situation ?
  • engager un recours si vous n’aviez pas pu bénéficier de vos droits ?
  • tous autres éléments du parcours administratif (vos remarques et suggestions sont les bienvenues)

  • manque d'établissement spécialisé à proximité

    Ingrid Pampanette - 20 Février 2018 - 23h23

    Il faut savoir que j'habite sur une commune de 70 000 habitants et qu'il n'y a pas d'institut basé sur la commune même.
    Il existe un centre médicalisé à 15 km et un non médicalisé à 8 km ! Il faudrait rendre obligatoire sur chaque commune (à déterminer par rapport aux nombres d'habitants) l'implantation d'un institut médico-éducatif.

  • AVS

    EmD - 20 Février 2018 - 20h02

    Contrairement à beaucoup de parents, ma fille a eu relativement rapidement une AVS à son entrée en maternelle (nous avons attendu environ 3 mois).
    Je tiens tout de suite à préciser que mes propos ne sont pas un reproche envers l'AVS. Néanmoins, cette AVS est ni plus ni moins qu'un contrat aidé. Ainsi, elle n'a aucune formation liée à l'handicap de manière générale et à la pathologie de ma fille en particulier. Je ne comprends toujours pas pourquoi ces personnes n'ont pas de prévu au moins une formation sur ce qu'est telle ou telle pathologie, les gestes d'urgence....
    Surtout, que les AVS ont régulièrement des formations ( a priori non liées justement aux pathologies des enfants dont elles s'occupent) et toujours faites sur les temps de prise en charge.Donc s'il n'y a pas d'AVS il n'y a pas d'école car l'instituteur(trice) ne peut pas prendre la classe entière + mon enfant.
    Enfin, je pense qu'il y a, du moins dans les régions les + "reculées" sur le plan de la santé, un problème de répartition des infrastructures et des praticiens. A titre d'exemple, je vis dans la Nièvre et ma fille a besoin de psychomotricité 3 fois/semaine. Il n'y a aucun psychomotricien libéral sur le département. Seul un d'une association vient 1 fois/semaine et pas pendant les vacances scolaires... Il faut également voir que ces problèmes ont un impact sur la scolarité car les professionnels ayant des agendas surchargés il faut très souvent y aller sur les heures d'école donc cela joue sur les suivi de l'enfant et ne l'oublions pas sur le regard que les autres portent sur lui (pourquoi lui il arrive en retard ou pourquoi il part avant?...)

  • Connaîtrons nous une année entière avec AVS et une scolarité à temps plein?

    Agnès Meyer - 20 Février 2018 - 18h10

    Dossier Mdph remis en mai 2014, notification en octobre et AVS en février 2015. Pendant tout ce temps, notre garçon autiste n'a eu le droit d'aller à l'école qu'1h30 par jour. Nous avions dû nous battre pour le maintenir chez sa nourrice afin de pouvoir travailler.
    Actuellement, notre fils est en CP scolarisé à mi temps car, encore une fois, il n'a plus d'AVS (arrêt maladie longue durée non remplacé). Bien sûr, l'école ne s'en inquiète pas car notre enfant a un niveau CE2, mais gérer les après midi sans école pour mon mari qui travaille de nuit, cela crée des tensions. Le système est fait pour déscolariser l'enfant, lentement mais surement, avant de le mettre en ULIS ou IME....Tout est fait pour montrer dès le départ que l'enfant n'a pas vraiment sa place dans le système scolaire. (c'est mon humble avis de maman...enseignante!)

  • SCOLARITE DE MA FILLE HELENE

    Hélène♐ - 20 Février 2018 - 17h12

    Bonjour,

    Ma fille Hélène est née en 1986. Ayant beaucoup de consultations, d'examen médicaux ma fille a suivi une scolarité à domicile Méthode Montessori avec une institutrice à la retraire Mme X
    Il faut savoir aussi que à cette époque il n'y avait pas d'AVS pour l'intégrer en école ordinaire.
    Concernant l'IME, les trajets domicile/école aurait été trop longs et ça aurait occasionné une grande fatigue en plus des consultations nombreuses/intensives qu'elle a eu durant son enfance.
    Donc nous (son père et moi) avions fait le choix de la scolarité à domicile.
    Après la maternelle elle a été inscrite dans une association Votre Ecole Chez Vous, qui dispensait des cours à domicile avec des professeurs qui se déplacaient à la maison
    Ensuite au lycée (Terminale) elle a été inscrite dans un lycée ordinaire à côté de chez nous avec un AVS.
    Elle a obtenu son Bac puis elle a été à l'université de Cergy Pontoise (site de St-Martin) pour suivre un cursus de Biologie (Bac+3)
    Après ses études elle a tenté de postuler dans le secteur du privé sans succès.
    Puis elle a passé en 2015 le concours de la fonction publique pour être secrétaire administrative, qu'elle a réussi.
    Actuellement elle travaille comme secrétaire administrative dans un lycée depuis septembre 2016. Elle a son propre appartement a 5 mins de chez nous, elle est autonome bien que nous lui apportons de l'aide dans certaines tâches de la vie quotidienne. Mais globalement elle est assez autonome ça nous a beaucoup surpris

  • pas de transport adapté sur la ville...

    raphavenir - 20 Février 2018 - 17h02

    pour les années lycée , le conseil départementale n'a pas trouvé de transporteur avec véhicule adapté...la compagnie de taxi nous a fait vivre des situations invraisemblables (exemple laisser le fauteuil roulant au lycée car il ne rentrait pas dans le coffre!!!).

    Cette année (2 ème année d'études supérieures) aucun transporteur trouvé à la rentrée; le conseil départemental m'a donc obligée à faire les transports moi même jusqu'à ce que je trouve une association pour handicap, avec véhicule adapté...Mais le département a rechigné car ce n'était pas un taxi!!

  • handicap invisible

    raphavenir - 20 Février 2018 - 16h43

    Après son entrée en 6eme, mon fils a été diagnostiqué Myopathe; l'école privée a mis 3 ans pour mettre en place des conditions correctes de scolarité: AVS pour le temps réel requis par la MDPH, classe au rez de chaussée, professeur ou camarades sources de maltraitances, réflexions dévalorisantes et non reconnaissance du handicap...malgré le passage au fauteuil roulant.
    Refus du chien d'assistance "handi chien" ; nous avons du changer de collège pour que la 3éme se passe bien.
    Puis au lycée difficultés et ségrégation pour un voyage scolaire obligatoire...
    Et tout au long des enseignantes référentes quasi inexistantes ...physiquement et quand à la défense des droits et besoins !

  • Non

    Mifuletsu - 20 Février 2018 - 15h37

    J'ai suivi une scolarité normale (mes parents ont insisté malgré les incitations regroupées avec les propositions de cloître dans un centre, quelle belle indélicatesse ou inconscience face à des gens qui ont tout quitté). Elle s'est soldée par un doctorat obtenu en 2016. Scolarité donc sans encombre, accompagnée au lycée par une auxiliaire pour l'aide à l'installation (j'en ai eu une également au collège mais tardivement, avant il fallait compter sur les camarades de classe, pas simple).

  • decouverte de mes difficultés

    tristan - 20 Février 2018 - 12h03

    J'ai eu du mal à maintenir des notes correctes alors que j'étais en 6ème, sur les conseils de mon professeur, en SEGPA mes parents ont du chercher un établissement spécialisé. Il m'a été proposé par les professionnels du sessad qui m'aidaient déjà.
    Ce dernier établissement me convient et je suis actuellement en recherche d'un patron afin de pouvoir faire un CAP avec le CFA.

    Médecin

    Je suis médecin de PMI en milieu rural. Pour les enfants de moins de 6 ans en situation de handicap et ne pouvant être scolarisés à plein temps, les autres possibilités d'accueil restent limitées ( assistantes maternelles souvent car la crèche ne peut pas effectuer les transports depuis l'école). Une reflexion sur des structures adaptées au handicap des tout petits pourrait être intéressant.

    • Pas d'accord 0 Pas d'accord

  • transport scolaire

    melanie26 - 20 Février 2018 - 11h02

    Ma fille entre au CP à la rentrée 2018 et je viens d'apprendre qu'elle ne peux pas bénéficier d'un transport scolaire pour enfant en situation d'handicap entre le domicile de son assistante maternelle et l'école. On préfère mettre un frein au travail des parents alors que nous sommes confrontés à l'augmentation des dépenses liées à l'handicap de notre enfant.

  • scolarisation

    Delphine Simon - 20 Février 2018 - 10h56

    Il aura fallu batailler une nouvelle fois pour qu'une AESH accompagne mon fils dès la première année de maternelle. Et je suis fière de m'être battue : il est aujourd'hui en CM1 et fait parti des meilleurs élèves de sa classe.

Retour en haut